Le projet d’oléoduc Kenya-Ouganda impacté par la crise libyenne (Les Afriques n°160 du 05/05/2011)

L’un des projets essentiels dans la mise en place de l’infrastructure régionale en Afrique de l’Est est aujourd’hui sérieusement compromis. En effet, l’instabilité politique en Libye est en train de peser lourdement sur l’avancement du projet d’oléoduc de pétrole devant relier le Kenya à l’Ouganda. Ces deux pays ont récemment annoncé vouloir retarder leurs contributions financières dans la joint venture avec la Libye, Tamoil East Africa Ltd. Pour mémoire, après un premier protocole d’accord signé en janvier 2007, les deux gouvernements devraient apporter chacun 12,5% des capitaux propres de cette société. Par ailleurs, ces deux Etats exigeraient que la Libye dédommage les propriétaires fonciers qui cèdent leur terrain le long du tracé de l’oléoduc. Aussi, les deux pays ont accepté de contribuer en cédant des terrains. Le Ministère kenyan des terres et domaines publics a publié le calendrier de cessions des terres en tant que participation au capital. Ce pays a acquis, au nom de la servitude, des droits de passage sur des terrains situés sur le tracé. Quelque 2107 parcelles seraient concernées pour une compensation estimée à 520 milliards de shillings, soit 6,19 millions $.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :