L’Inde balise son chemin en Afrique (Les Afriques n°164 du 02/06/2011)

Le Premier ministre indien Manmohan Singh a annoncé 5 milliards de dollars pour l’Afrique. C’était ce 24 mai lors du deuxième Sommet Afrique-Inde, tenu à Addis Abeba.

C’est la quatrième visite du Premier ministre indien en Afrique depuis son arrivée au pouvoir en 2004. A Addis Abeba, le 24 mai, en marge du Sommet Inde-Afrique, Manmohan Singh a annoncé une ligne de crédit de 5 milliards de dollars dans les trois années à venir pour stimuler les échanges commerciaux entre les deux parties. Cette dotation, qui souffrirait d’une comparaison avec la puissance de feu chinoise, était aussi une manière d’affirmer l’émergence de l’Inde en tant que puissance politique et économique. L’engagement indien comprend aussi la lutte contre les pirates somaliens.

L’essor de l’Inde et de la Chine est communément vu comme le fait économique qui va définir le XXIème siècle. Deux pays avec des populations dépassant le milliard dans chacun des cas, des entreprises gigantesques et des succès concrets dans l’établissement d’industries dans leur pays pour profiter des compétences faiblement rémunérées de leurs citoyens. Le succès des programmes industriels est tel que ces pays doivent trouver des opportunités de placement de leurs avoirs. La Chine s’intéresse depuis longtemps à l’Afrique. Les Indiens aussi sont présents, faisant toutefois moins de bruit. Le chef du gouvernement indien a annoncé aussi des bourses d’études pour les étudiants africains et le financement d’un chemin de fer, ainsi que 700 millions $ pour renforcer les institutions de l’Union africaine.

Pas spectaculaire en signatures. Côté business, il faut admettre que cette visite n’a pas été spectaculaire en signatures de contrats, peut-être parce que Singh ne se rend qu’en Ethiopie et en Tanzanie, deux petits partenaires de l’Inde. Mais les projets que soutient l’aide indienne sont de nature à faire appel aux compétences indiennes. L’on peut citer comme exemple le projet Pan-African e-Network, qui se sert d’experts indiens en informatique pour relier des écoles et hôpitaux de 33 pays africains à des homologues en Inde. Pour y faire suite, Singh propose une université virtuelle, une organisation pour soutenir l’industrie du textile ainsi qu’un centre météorologique. En retour, le Premier ministre éthiopien Meles Zenawi loue des terres éthiopiennes à des entreprises agricoles indiennes.

François Conradie, Cape Town

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :