Archive for juillet, 2011

29 juillet 2011

Tanzanie : la Mkombozi Commercial Bank introduit une technologie de pointe (Les Afriques n°170 du 14/07/2011)

Edwina Lupembe, directeur général de la Mkombozi Commercial Bank, a dévoilé dimanche 3 juillet, au cours de la Dar es Salaam International Fair Trade (DITF), l’introduction par sa banque d’une technologie de pointe. Désormais, des appareils ayant la capacité d’effectuer plusieurs types de services bancaires à des coûts très bas sont opérationnels dans le réseau de cette banque. Liés à l’unité de base de données ou au serveur principal de la Banque centrale de Tanzanie, ces appareils permettent de suivre les différents dossiers des clients, y compris les PME. Les transactions peuvent être réalisées dans divers domaines d’activités commerciales, notamment dans des supermarchés, des stations services, des centres d’affaires. Mieux encore, le directeur général de la banque a assuré que ces appareils faciliteraient les dépôts et retraits d’argent, minimisant ainsi les risques et les coûts inutiles de déplacement aux agences.

Publicités
29 juillet 2011

Les assureurs rwandais ciblent l’import (Les Afriques n°170 du 14/07/2011)

Dans un pays où le taux de pénétration de l’assurance s’élève à 2%, le gouvernement vise 10% en 2020 pour encourager l’épargne et à augmenter les investissements à long terme, une tentative d’augmenter les revenus des compagnies d’assurances au Rwanda est en cours. Elle entend stimuler le taux de pénétration des assurances par l’exigence des compagnies d’assurances locales d’assurer localement les importations. Pour Bernardin Kubwimana, secrétaire exécutif de l’Association des assureurs du Rwanda (ASSAR), la Rwanda Revenue Authority devrait rendre obligatoire le fait que toutes les importations soient localement couvertes, afin de renforcer les revenus des compagnies d’assurances locales et de booster un tant soit peu la croissance de l’économie. S’appuyant sur le fait que 70% des produits consommés sont importés, il a soutenu que toutes les importations étaient censées être assurées. De son avis, le manque à gagner est énorme pour le Rwanda, d’autant plus qu’il y a des primes d’assurance élevées de marchandises, en raison de la piraterie, qui font perdre de l’argent.

29 juillet 2011

Landing on a runway near you (Africa Report n°32 – July 2011)

Africa’s major airlines are knitting new networks across the continent as smaller regional airlines seek consolidation

Travellers fed-up with country-hopping across Africa should see their flight options open up as African airlines invest in new routes criss-crossing the continent. Africa still represents a tiny part of the global business, accounting for just4.1% of the scheduled traffic in January 2011, according to analysts Innovata. But African airlines are ramping up capacity to fill new passenger and cargo demand between the continent’s fast-growing economies, and the number of weekly intra-African flights bas doubled since 2005.

With profits up 73% during the 2010-2011 financial year, Kenya Airways has grown with the expansion of its African footprint. The airline has launched new routes to Juba in South Sudan, to the Angolan capital Luanda and Nampula in Mozambique, and has further plans to link up to N’Djamena, Ouagadougou and Abuja. African governments place great significance on national carriers and in June Kenya’s treasury set aside KSh5.5bn ($62.6m) to keep its 23% stake in Kenya Airways, which is preparing a rights issue for later this year.

Further south, just over 30% of the 6.6 million customers South African Airways (SAA) flies are intra-African travelers. In the next five years, « customers flying between international and intra-African hubs will increase to over 40%, » the airline told The Africa Report. SAA bas new routes planned for Nigeria, Madagascar, the Republic of Congo and Burundi. The airline sees its intra-African expansion as a long-term strategy tied into its role as a state owned entity that will « contribute significantly to economic integration on the continent ».

West African travelers who have suffered in recent years from the lack of a strong regional airline now have new choices. The reincarnated Air Nigeria (formerly Virgin Nigeria), acquired in April 2010 by billionaire businessman Jimoh Ibrahim’s Nicon group, is working to position Lagos’s Murtala Muhammed Aiport as a regional hub. After restarting flights to Côte d’Ivoire, Ghana and Senegal, Air Nigeria is due to relaunch daily direct flights to London’s Gatwick airport in September.

It faces strong competition from ArikAir, which carried more than 2.3m passengers in 2010 and runs more than 150 daily flights out of Lagos, including international routes to London’s Heathrow and New York’s JFK.

Some African airlines remain on the hunt for private investment, while others, such as Air Mali and Air Burkina, are considering consolidation. The long-delayed plans by the Economic Community of West African States (ECOWAS) to create a regional carrier called ECOAIR have also come back to life.

African carriers dominate intra-African routes, accounting for 97% of capacity in May 2011 according to the African Airlines Association (AFRAA). They also run 71% of the flights between Africa and Asia. While Middle Eastern carriers such as Emirates and Qatar Airways are working to build significant African footprints, Chinese airlines have yet to see the attraction of Africa’s smaller destinations, preferring instead to focus on the fast growing domestic market. Of the top three Chinese airline groups, only China Southern runs a direct flight to Africa: from Guangzhou to Luanda. A plan to resume an earlier route to Lagos via Dubai was shelved in October 2010. However, perhaps in a sign of bigger investments to come, Hainan Airlines is creating a joint venture with Ethiopian Airlines and the China-Africa Development Fund to build a five star hotel near Addis Ababa’s Bole International Airport. In the meantime, carriers such as SAA are moving fast to fill demand. It will start direct services from South Africa to Beijing from 1 September, operating three flights a week.

Despite their bold pan-continental goals, African airlines face considerable challenges, among them capacity-dumping by international airlines trying to elbow out competition, and the poaching of staff by Middle Eastern headhunters. One Gulf-based company has been aggressively recruiting staff from African airlines, with one airline recently losing 17 highly-skilled employees. AFRAA’s Tewodros Tamrat, director of government, corporate and industry affairs, says the practice was « very unfair for our airlines and anticompetitive by nature as the affected airlines are practically subsidizing them. » AFRAA has appealed to the African Union and the African Civil Aviation Commission to help stop the mass recruitment.

A decision by the European Union (EU) to blacklist 14 African airlines, most recently LAM Mozambique, also presents a setback. « The stigma of the list is driving away potential and existing traffic from the African carriers that are maintaining international safety standards, » says Tamrat. AFRAA is angry that the EU has designated itself as what Tamrat calls the « global police for safety », even for airlines that have no intention of flying near European airspace. To date, 36 African airlines are currently certified by the International Air Transport Association’s Operational Safety Audit programme, and AFRAA is working to increase this and improve standards.

Gemma Ware

28 juillet 2011

South Sudan: on a roll in Juba (Africa Report n°32 – July 2011)

Tensions are still high between Juba and Khartoum, but the creation of the new state of South Sudan on 9 July means vast business opportunities for foreign and local investors.

From the air above Southern Sudan, the land looks mostly untouched. All the way to the horizon, the landscape is scorched plains and scrub brush. Occasionally, a thatch-roofed hut, a small village or town will come into view. From this vantage point, the rest is open land cut only by meandering dirt roads.

There are no equatorial jungles or impassable mountain ranges hindering settlement. Instead, almost  50 years of war with the government in Khartoum and a larger history of neglect brings Southern Sudan to its 9 July independence – when it is expected to take the name Republic of South Sudan – as one of the least developed places on earth.

Very little has been done to begin extracting the gold, diamonds, oil, uranium and who-knows-what-else the soil of this largely untouched region holds. Now the government is struggling to face the task of creating the public institutions and private sector that are needed in order to see the tangible benefits that peace and independence are expected to bring.

The French giant Total, the Malaysian state-owned Petronas and the China National Petroleum Corporation (CNPC) all have offices in Juba but little new exploration has begun. Petronas and CNPC have contracts with the northern government, contracts that the south has promised to honor.

Once the south’s state-owned oil company, Nile Petroleum, takes over from its northern counterpart Sudapet, the south will have the chance to provide the personnel to work its oilfields. But a move in April by the government in Unity State to expel all the northern workers from its oilfields demonstrated the oil companies’ reliance on the north for skilled labor. « Production will stop, the whole thing will stop, » says George Odyoro, Petronas’ liaison officer in Juba. « It will hurt both sides, both governments. »

The only large investor that has come into Southern Sudan and started production since the peace agreement is a subsidiary of SABMiller, the giant South African beer producer. Seen as a symbol of freedom from decades under sharia law imposed by the north, the beer maker’s local branch, Southern Sudan Beverages Limited (SSBL), arrived in the capital, Juba, shortly after the two governments signed the Comprehensive Peace Agreement (CFA).

« I don’t think it was a hard choice. I think the fact that we came then bas given us a huge advantage, in particular in getting our brands established, » says lan Alsworth-Elvey, managing Director of SSBL.

Alsworth-Elvey negotiated a profit-sharing deal with the community around the brewery in 2007 and started production in 2009. He works in a fenced-in compound on the edge of town, with two silver tanks looming over the offices and living quarters that were among the first permanent, non-government buildings constructed in Juba. SSBL employs more than 300 Sudanese and 11 international staff. « We’re not planning on going anywhere, we’re here for the long term, » says Alsworth-Elvey.

According to the Doing Business report released by the World Bank and International Finance  Corporation in May, South Sudan bas « substantial economic potential » with « vast oil reserves (SPLM) and swathes of fertile agricultural land » waiting to be developed.

Since the war ended with the signing of the CPA in 2005, Southern Sudan has been largely autonomous. The government has had six years to start the development process, yet paved  roads do not extend beyond Juba, and it continues to import ail of its food from neighboring countries like Uganda and Kenya.

« How is it that six years later we still import everything on this plate? » asked Peter Lasu Ladu, head of the independent coordinating body, South Sudan NGO Forum, as he poked at a plate of chips and salad. « Anybody with any sense can see there is something wrong with this. » For Ladu, and many other observers in Juba, the lack of a private sector is a sure sign of official corruption.

Southern Sudan’s government has been receiving half of the oil proceeds from the government in the north since 2006. At independence, it will take control of about 75% of Sudan’s estimated 490,000 barrel-per-day oil industry. No one is quite sure how much money has come to the south’s coffers through the revenue-sharing arrangement. A 2009 report by Global Witness estimated the oil revenue sent southward between 2005 and 2009 at about $6bn.

The south does have an anticorruption commission. But it has no power to prosecute and there have been no high-profile officials tried or publicly denounced for corruption as a result of the commission’s investigations.

According to the World Bank’s report, it is a lack of infrastructure, laws and institutions that has stymied business development. For those companies looking to invest, it is still not clear what the rules will be after independence. The report says that since 2005, 19 business and investment laws have been drafted in the south, but only nine have passed the legislature. It ranks Southern Sudan 159th out of 183 economies in terms of the ease of doing business.

Banking and telecoms companies, especially, are anxious to see what new regulations will bring. Mobile phone companies VivaCell and Gemtel are focused solely on the south, while Zain, MTN and Sudani operate in both north and south. Meanwhile, East African banks, especially Kenya’s Equity Bank and KGB, have been keenest to set up operations in Southern Sudan. The country is landlocked, so moving goods across borders is of key importance. In this category in the World Bank report, Southern Sudan is ranked 181st, ahead of only Afghanistan and the Central African Republic.

« Using the port of Mombasa in Kenya, it takes an entrepreneur in Juba 11 documents, 60 days and $9,420 to import a standardized container of cargo, and nine documents, 52 days and $5,025 to export it, » states the report. Juba is absolutely reliant on trade with the outside world.

« We are not producing anything, so we rely on imports from our neighbors, » said Kuot Madhor, director for external trade at Southern Sudan’s ministry of industry and commerce. Madhor’s ministry works to attract foreign traders. Most of those coming in so far are small-scale investors from Eritrea, Uganda, Kenya and Ethiopia. The government has tried to make investment attractive.

« We already have our own trade policies. They can import heavy equipment tax-free, they don’t have to pay taxes before they’ve had time to make back their initial investment and there are no restrictions on capital leaving the country, » says Madhor.

Yet big investors are staying away, most citing doubts about security, he says. According to the United Nations, there are at least seven militias fighting the government. About 1,500 people have died in violent clashes in the south this year, and the May takeover of the disputed border area of Abyei by the northern army has raised fears of a return to war.

South Sudan’s government will most likely continue to fund itself through oil revenues for years to come, but the border area, where most of the insecurity is centered, also happens to be the likely site of future oil finds. Still, backed by donor countries and international investors, the government has talked about ambitious plans to build new roads, rail lines and dams to build up the country’s infrastructure network.

Besides SSBL, there are no other large foreign investors establishing a noticeable presence in Juba. But a different kind of investor, smaller and with an understanding of how things work, is setting up shop around the capital.

Frank Cawkwell left his job with the World Food Programme a few years ago to get into business in Juba. He runs one of the region’s few grocery stores and is working to build a massive residential development, attached to a yet-to-be-built Nile River port, called Luri River Waterfront.

His first rule on investing here is to find a local who can help navigate the culture. « You need to find yourself a Sudanese partner, » he says. « It’s not compulsory, but it’s wise. » His partners include Benjamin Bol, head of the south’s chamber of commerce, who is also a son of the south’s vice president Riek Machar. Still, the process that they went through to get the land, based on a traditional System of land tenure, was « quite tedious, » New Zealand born Cawkwell says.

« We brought four of the community leaders down from Khartoum, negotiated to lease the land from the community, and then we made them partners in the project, » says Cawkwell.

The south has a land ownership law designed to keep the land in the hands of Sudanese people. But a survey published in March by Norwegian People’s Aid found that Southern Sudan is seeing large swathes of land being bought by foreign organizations. The biggest of these is the 2.3m ha in Eastern Equatoria State that Emirates-based Al Ain Wildlife purchased from the ministry of wildlife. It contains the whole of Borna National Park. Besides purchases for tourism, foreign organizations have either bought or are in the process of buying 2.64m ha of land in Southern Sudan between 2007 and 2010: that is a larger area than all of Rwanda.

The survey of land purchases highlighted one of the complications of doing business in Southern Sudan. Some of the land bought was in agreement with the central government in Juba, while some was acquired through ministries at the state level. The survey noted a few large land purchases that overlapped with already-owned land and deals where it was unclear which government body approved the transfer. Some of the deals include a large teak forest in Western Equatoria, bought through agreements with the forestry and agriculture ministry, and an agricultural land deal by a US-based company in Central Equatoria State through the state ministry of physical infrastructure.

Most of the purchases identified in NPA’s survey are for large scale agricultural projects. Developing food production in the south is a top priority of the transitional constitution that takes effect on 9 July. The region’s southern half has the potential to produce enough food for export to African neighbors and beyond.

It is, however, not clear that the investors coming to check on opportunities in the south have much interest in becoming farmers. As one western businessman who has come to the south to expand his business put it, « Most everybody I see coming in right now is just here to make a quick dollar and then get out. »

About 2 million Sudanese people have come back from East Africa, Khartoum and overseas since 2005. Every day in hotels and restaurants around Juba there are meetings among young men and women discussing different ways to invest. To most people with an eye for business, the possibilities in the nascent Republic of South Sudan are practically endless.

Matt Richmond in Juba

27 juillet 2011

Sud-Soudan (Les Afriques n°170 du 14/07/2011)

Un nouvel Etat dans le giron des nations

La cérémonie officielle d’indépendance du Sud-Soudan, 54ème Etat de l’Union africaine, s’est déroulée, samedi 9 juillet, dans un contexte sécuritaire explosif. Certes un tel environnement accentue un peu plus les craintes évoquées par les observateurs quant à l’avenir politique, économique, sécuritaire et social, mais les responsables du tout nouvel Etat, qui ont sollicité l’aide des géants d’Afrique, ne comptent pas se laisser dicter la loi d’un quelconque potentat.

Samedi 9 juillet 2011, le Sud-Soudan accède à la souveraineté internationale. En invitant sur son sol pas moins d’une trentaine de chefs d’Etat africains ainsi que Ban Ki-moon, secrétaire général des Nations Unies, tout comme les représentants diplomatiques d’une large majorité des plus grandes puissances politiques et économiques mondiales, Salva Kiir et son équipe entendent intimer une empreinte de développement au jeune Etat. Des défilés militaires et civils, ponctués de prières, ont suivi la proclamation officielle de l’indépendance par James Wani Igga, président de l’assemblée législative du Sud-Soudan. Les intentions ont été déjà données par ce même James Wani Igga qui, à la tête d’une importante délégation, est allé jeudi 7 juillet à Abuja inviter personnellement à cette célébration Goodluck Jonathan, président nigérian. La délégation de sept membres n’a pas omis de solliciter officiellement l’assistance du Nigeria dans la construction du nouveau pays. D’autres appels pour un soutien conséquent au Sud-Soudan ont été lancés par ses leaders, tant ils sont conscients des vulnérabilités de l’heure. Parmi les temps forts de cette cérémonie, la signature de la Constitution par le président Salva Kiir a été un grand moment, juste après que le drapeau, qui s’inspire de celui de la SPLA et du Kenya, ne soit hissé. Sous les feux de la rampe, le dernier né des Etats africains a donc célébré avec faste son accession dans le concert des nations.

Une aura favorable. Les récents affrontements dans la zone d’Abyei, une région riche en pétrole et revendiquée aussi par le voisin du nord, ont plané au-dessus de la cérémonie. Il est vrai que le contingent de Casques bleus éthiopiens est en train de se mettre en place pour le maintien de la paix, mais ce qui est le plus redouté au lendemain de la naissance de cet Etat, c’est une recrudescence de violences le long de la frontière commune, notamment dans les provinces du Sud-Kordofan et du Nil Bleu, sur fond de revendications ethniques, politiques et sécuritaires. Seulement, plusieurs facteurs militent pour un bon départ du Sud-Soudan.

Primo, la présence d’Omar el-Béchir, président du Soudan voisin, à Juba, capitale du Sud-Soudan, pourrait être précurseur d’une détente durable, après plusieurs décennies de conflits ethniques et confessionnels. Le grand voisin du nord venait de reconnaître officiellement ce pays la veille de la fête d’indépendance. De nombreux observateurs soutiennent qu’avec l’indépendance consommée du Sud-Soudan, les pourparlers de paix, indispensables aux deux parties vont aller s’accélérant.

Secundo, les multiples défis auxquels le nouvel Etat sera confronté sont autant de stimulants. En dépit du plébiscite du début de l’année à plus de 99%, ce pays est constitué sur un territoire de 640.000 km², enclavé entre l’Ethiopie et la République centrafricaine, sa population de 8,2 millions d’habitants comptant plus de 90% vivant avec moins d’un dollar par jour.

Tertio, les encouragements sous forme de directives du secrétaire général de l’Onu, qui a fait allusion à des interactions obligées, vu les liens culturels, politiques et commerciaux, et dit ainsi qu’« un Sud- Soudan viable requiert un Nord-Soudan viable ».

De toutes les façons, à la lumière de l’entame de leur hymne national qui commence par « Oh Dieu merci pour ce magnifique pays », l’optimisme du nouvel Etat naissant n’a d’égal que la qualité de l’invité d’honneur de la cérémonie, un Omar el-Béchir sous le coup d’un d’arrêt de la CPI.

D. MBaye

 ——————————————————

Ce pays n’a d’un Etat que les emblèmes

Moussa Kamara (pseudonyme), ressortissant ouest-africain, occupe auprès du nouveau pouvoir une position stratégique qui lui impose un devoir de réserve. Pour nous aider à comprendre les enjeux de la nouvelle république, il a accepté sous couvert d’anonymat de nous en donner quelques clefs.

Les Afriques : Vous avez travaillé au Soudan en qualité de directeur pays d’organisations internationales de développement de 2004 à 2011. Avec le recul, pouvait-on penser à une indépendance du Sud-Soudan ?

Moussa Kamara : J’ai eu le privilège de suivre depuis le Soudan les longues négociations qui se sont tenues au Kenya et qui ont abouti à l’accord de paix dit « Comprehensive Peace Agreement ». De facto, cet accord emportait en lui le principe du referendum d’autodétermination. Restait à savoir si les motivations étaient suffisamment fortes pour amener les Soudanais du Sud à opter pour une séparation et à créer leur propre Etat. En revisitant l’histoire, tout comme en empruntant les lunettes des anthropologues, on est tenté de dire qu’il y aurait un faisceau important de considérations qui pouvaient laisser présager d’une telle éventualité :

– La séparation en deux du pays jadis appelé le Soudan (qui signifie le pays des Noirs). Durant la colonisation, le pays était symboliquement divisé en deux, et un «laisser passer» réglementait la circulation des hommes entre les deux.

– Les guerres civiles, qui ont causé des milliers de morts, ainsi que le déplacement de milliers de personnes ont laissé des plaies béantes que les générations actuelles ont du mal à oublier.

– L’instauration de la charia en 1983 a, en plus, causé un sentiment de frustration et de discrimination que les Sudistes ne peuvent oublier. Ils se sont sentis imposer une culture, l’arabité, et une religion, l’islam, alors qu’ils sont majoritairement chrétiens et animistes. Ils ont eu le sentiment que le nord cherchait à leur enlever leur culture, leurs traditions et leurs croyances africaines.

– Le Soudan est le plus grand pays d’Afrique en termes de superficie, habité par une mosaïque de peuples aux cultures et aux origines très variées, même si l’on peut les regrouper, grosso modo, entre populations d’origine arabe, essentiellement au nord, et celles d’origine africaine, au sud et à l’ouest, dont les Darfouriens.

Les considérations que voilà, et bien d’autres liées à des questions géopolitiques, ainsi que la découverte récente d’importants gisements de pétrole essentiellement situées dans le sud, ont fait que ce dernier a opté pour la séparation, encouragé en plus par quelques puissances occidentales.

LA : La séparation était-elle si inéluctable que plus rien ne pouvait dès lors l’empêcher ?

MK : Les contradictions étaient si fortes que, je le pense, le pouvoir central à Khartoum ne pouvait les juguler toutes. Il y a des foyers de tension presque aux quatre points cardinaux. A l’est se trouvaient aussi bien les forces du SPLM qu’une rébellion locale. Au sud, le SPLM, fortement armé et entrainé, livrait une guerre sans merci pour libérer la partie sud du pays. A l’ouest, particulièrement au Darfour, divers mouvements de rébellion fortement armés livraient aussi une guerre sans merci au pouvoir de Khartoum, confronté aussi à une opposition, en particulier par le mouvement dirigé par Assane El Tourabi.

Il faut même craindre d’autres divisions. Le Darfour (semble-t-il très riche en ressources minières), tout comme le Kordofan du Sud (qui renfermerait des réserves importantes de pétrole), pourraient être tentés de suivre l’exemple du Sud-Soudan.

LA : La séparation est-elle un moindre mal ? Qu’est-ce qu’elle peut offrir comme atouts pour le développement ?

MK : A mon avis, la séparation pourrait permettre à deux peuples de cultures différentes, que les vicissitudes de la colonisation avaient forcé à vivre dans la même république, de désormais vivre leurs identités respectives sans accroc. A mon avis, ceci est tout de même positif. En matière de développement, les deux nouvelles entités sont beaucoup plus gérables, en termes de superficie relativement à l’aménagement, à la planification, avec des impacts beaucoup plus significatifs. Il me semble aussi qu’une plus grande homogénéité culturelle, aussi bien dans le nord que dans le sud, devrait permettre aux pouvoirs publics respectifs de pouvoir concevoir des politiques de développement répondant beaucoup plus aux besoins de leurs citoyens. Le sud est un pays à construire (le pays a moins de 100 kilomètres de routes bitumées), les infrastructures sociales sont presque inexistantes, sinon plus que vétustes, etc. La manne pétrolière aidant, l’on peut espérer que les gouvernants sauront définir et mettre en œuvre les politiques adéquates pour un développement harmonieux de leur territoire.

Le nord est bien en avance. Des ponts modernes y enjambent le Nil, l’industrie existe, et il y a, par ailleurs, une tradition agricole bien prononcée, avec l’un des plus grands périmètres irrigués du continent africain. Sans nul doute, s’il arrive à récupérer une partie du pétrole qu’il se dispute avec le sud et à étouffer les différents foyers de tension (notamment au Darfour et sur ses frontières avec le Sud-Soudan), il a des atouts certains pour envisager un développement plus prononcé.

LA : Dans quelle mesure des pays étrangers ont-ils favorisé cette séparation et à quelles fins, ou bien est-ce vraiment pour des contradictions internes ?

MK : Ainsi que je l’ai déjà décrit, des contradictions internes ont sans doute rendu très difficile la cohabitation entre les peuples du nord et ceux du sud. Les guerres civiles qu’a connues le Soudan ont laissé des souvenirs inoubliables, auxquelles il faut ajouter les clivages religieux, culturels, etc.

Mais l’on est tenté de se demander si la communauté internationale aurait avalisé une séparation en deux Etats si les richesses pétrolières, actuellement exploitées par le gouvernement nordiste, étaient exclusivement situées au nord. Je donne ma langue au chat.

LA : Quels sont les handicaps que le Sud-Soudan va devoir surmonter ?

MK : Le Sud-Soudan n’a pour l’heure qu’un territoire, une armée, un hymne et les autres symboles de l’Etat. Mais il se doit de construire une nation. Les divisions tribales y sont très prononcées. Il doit aussi répondre aux immenses attentes de sa jeunesse et de sa population en général. L’offre scolaire et médicale est très faible, le défi en termes de communication est énorme. Le pays compte moins de 100 kilomètres de routes bitumées, la fourniture d’énergie et d’électricité y est très limitée.

L’insécurité est aussi un grand défi. Des foyers de tension existent ca et là du fait de mouvements rebelles qui contestent le pouvoir en place, et il ne sera plus possible de pointer le doigt sur Bashir. Il revient désormais aux gouvernants de cette jeune nation de répondre à la demande sociale intérieure. Le pays aura tout intérêt à mettre en place des règles transparentes de gestion des deniers de l’Etat, tout en s’assurant que les choix optimums et appropriés sont faits pour un développement harmonieux du pays.

Le sud a enregistré peu d’investissements au cours des décennies passées, notamment en matière de  formation des ressources humaines. Ceci constitue un handicap certain, et les autorités devront mettre les bouchées doubles pour rattraper leur retard dans ces domaines. Autrement, ce seront les cadres des pays limitrophes qui continueront à supporter ce pays, avec tous les désavantages que cela peut comporter. Déjà la jeunesse se plaint que les étrangers y occupent les emplois les plus rémunérés.

LA : Le Sud-Soudan peut-il être viable ?

MK : Oui, le Sud-Soudan est plus que viable. Nonobstant le pétrole qui y existe en quantité industrielle, le pays a des terres fertiles (avec des endroits où la pluviométrie est plus qu’abondante). Le Nil permet aussi de faire l’irrigation pendant une bonne partie de l’année. D’ailleurs, le Sud -Soudan a l’ambition de devenir le « food basket » de l’Afrique de l’Est.

Le pays a une population très jeune. Les réformés du SPLA pourraient constituer une « armée du développement » une fois formés et réintégrés dans les secteurs à forte valeur ajoutée et à forte consommation de main d’œuvre tels que l’agriculture. Le Sud-Soudan a les moyens de se hisser dans le peloton des pays africains à forte croissance économique.

LA : Une véritable coopération entre les deux Etats vous semble-t-elle possible ?

MK : La méfiance existe entre les deux pays, et ce sera pour encore longtemps. Malgré le discours d’apaisement prononcé en ce jour d’indépendance du sud par le président Bashir, certains Sudistes continuent à le taxer de non sincère.

Il existe aussi des questions de taille à régler par les deux pays, notamment la détermination des frontières, la question de l’Abyie (province très riche en pétrole), le rattachement de la province du Nil Bleu et la question du Kordofan du Sud (une province du nord qui se battait aux côtés du SPLA).

C’est dire que la volonté d’établir aussi bien une coexistence pacifique qu’une coopération mutuellement bénéfique se heurtera aux stigmates de la guerre. La méfiance ne s’effacera pas de si tôt. Par ailleurs, dans sa recherche d’une identité confirmée, le sud peut être tenté d’adopter des positions qui pourraient irriter les Nordistes.

Je crois qu’il faut bien s’attendre à des difficultés certaines, tout au moins pour la décennie à venir.

Mais comme l’histoire bégaie de temps en temps, il ne faut pas être pessimiste pour toujours. Pourquoi ne pas s’attendre à une possible réunification des deux Soudans. Les deux Allemagnes l’ont fait, pourquoi pas les Soudanais, une fois que les générations à venir, après avoir expérimenté l’existence séparée, se seraient rendu compte que leurs intérêts se trouvent plus dans l’union que dans la séparation.

LA : Y a-t-il risque d’implosion du Sud-Soudan, de sécessions en son sein ?

MK : Le plus difficile commence ce samedi 9 juillet 2011. Le sud est traversé par des contradictions très fortes qui ont entrainé des mouvements de rébellion. Le président Salva Kiir en est tellement conscient qu’il a annoncé dans son discours inaugural l’amnistie pour ceux qui ont pris les armes pour une raison ou une autre contre le pouvoir en place. La redistribution des richesses du pays, tout comme les nominations aux postes les plus importants, le rééquilibrage dans la redistribution des pouvoirs de l’Etat entre les différents groupes ethniques du pays, le respect des droits de l’homme (les forces de l’ordre, notamment les policiers, sont d’anciens militaires qui ont encore besoin de beaucoup de formation), etc., sont autant de sources de tension. Elles peuvent, si l’on n’y prend pas garde, mettre en péril une coexistence pacifique entre les différentes composantes de la jeune nation, et du coup voir la guerre civile opposer les peuples du sud.

Propos recueillis par Cherif Elvalide Seye