Afrique de l’Est : terres en vue (Jeune Afrique n°2642 du 28/08/2011)

Des géants indiens de l’agroalimentaire achètent ou louent de vastes surfaces arables en Ethiopie, en Ouganda et en Tanzanie.

En proposant d’injecter 2,5 milliards de dollars (1,7 milliard d’euros) dans le secteur agricole du continent noir, les géants indiens de l’agroalimentaire s’apprêtent à battre le record des deals agricoles signés en Afrique au cours des cinquante dernières années. Leur objectif: acquérir ou louer de vastes surfaces arables pour y produire des oléagineux, des céréales et des légumes destinés au marché indien. À cet effet, une délégation de trente-cinq industriels, composée des représentants des plus grandes entreprises indiennes de l’agroalimentaire (Mcleod Russell, Kaveri Seeds, Karuturi Global…) a entrepris il y a deux semaines une tournée exploratoire dans trois pays de l’Afrique de l’Est : l’Ethiopie, l’Ouganda et la Tanzanie.

Déjà présent en Ethiopie où il a signé un bail de longue durée portant sur près de 100.000 hectares de terres arables, Karuturi envisage de louer de nouvelles terres afin de produire notamment de l’huile de palme, des céréales et de la canne à sucre. « Le secteur agricole est-africain a un potentiel immense », a déclaré Sai Ramakrishna Karuturi, son directeur général, qui faisait partie de la délégation en tournée.

Cette visite des entrepreneurs indiens a été chaleureusement accueillie par les administrations locales, qui voient d’un très bon oeil cet afflux d’investissements étrangers directs, susceptible de créer des milliers d’emplois en milieu rural et de renflouer les caisses des États.

L’aboutissement de ces négociations ne manquera toutefois pas de relancer le débat sur l’accaparement des terres africaines par l’agrobusiness
international. Selon une étude publiée par les Nations Unies, 60 millions d’hectares de terres agricoles à travers le monde – la plupart en Afrique, mais aussi de plus en plus en Amérique latine – ont été acquis par des fonds d’investissement occidentaux ou par des pays émergents prospères dans le but de sécuriser leurs approvisionnements alimentaires. Dans les pays hôtes, ce phénomène pose problème aux populations locales, menacées d’éviction de leurs terres ancestrales et qui voient dans ce processus une nouvelle forme insidieuse de colonisation.

Tirthankar Chanda

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :