IDE : légère contre-performance de l’Afrique en 2010 (Les Afriques n°172 du 29/09/2011)

Selon le Rapport 2011 de la CNUCED sur l’investissement dans le monde, les IED en Afrique, toujours attirés par le secteur primaire, notamment les industries extractives, ont reculé de 9% en 2010.

Cinquante-cinq milliards de dollars. C’est le niveau de capitaux non générateurs d’endettement, les fameux Investissements étrangers directs (IED), attirés par l’Afrique en 2010. Modeste récolte sur un flux total mondial de 1244 milliards de dollars ; légère contre-performance par rapport aux 60,435 milliards de dollars accueillis en 2009.

Ainsi, le continent ne bénéficie pas de la légère hausse des flux d’investissement au plan mondial. Sa part dans ces flux globaux a décru tombant de 5,1% en 2009 à 4,4% 2010. Logique respectée, le continent n’a placé aucune de ses économies dans le top 20 des principales économies d’accueil des IDE l’année passée.

Tendance lourde. A l’exception de la Libye, la République démocratique du Congo (RDC), le Congo Brazzaville et le Ghana, – fraîchement auréolé du statut de destination privilégiée d’investissement sur le continent –, les habituels champions de l’Afrique, notamment l’Angola, le Nigeria, l’Egypte et l’Afrique du Sud, enregistrent tous un recul des flux d’investissement. Tendance lourde, bon an, mal an, les industries extractives continuent d’être le principal point d’ancrage des IED dans cette partie du monde. Au grand dam de la CNUCED qui, dans l’édition 2011 de son traditionnel Rapport sur l’investissement dans le monde (WIR), appelle les pays du continent à réaliser le potentiel des flux d’investissement intra-régionaux. « A long terme, les flux d’investissement les plus profitables au développement viendront des pays voisins » prévient, à cet effet, le rapport. Et de prescrire au continent, comme recette pour «tirer pleinement parti de son potentiel en matière d’investissements intra-régional», «l’harmonisation des accords commerciaux régionaux et une planification plus rapide et mieux coordonnée de politiques d’investissement».

Gisement inexploité, les investissements intra-régionaux. Encore trop faibles, dans leur amplitude et dans leur volume, « seulement 46 milliards de dollars entre 2003 et 2010 », les investissements intra-régionaux ne sont cependant pas moins une réalité. Ernst & Young, dans sa première enquête sur l’attractivité de l’Afrique, rendue publique en mai dernier, avait noté cette tendance nouvelle « en nette hausse, plus de 21% entre 2003 et 2010, de l’investissement de pays africains sur leur propre continent ». Mais en attendant que cette nouvelle dynamique se massifie, « l’Afrique risque fort de connaître une année 2011 difficile sur le front des entrées d’IED » met-on en garde du côté de la CNUCED. Ainsi 2011 devrait être dans le ton du cru 2010 qui n’a pas eu la même saveur pour les différentes régions du continent.

Printemps arabe. En Afrique du Nord, berceau habituellement du tiers des IED captés par l’Afrique, ceux-ci ont reculé pour s’établir à 17 milliards de dollars. Même contraction du côté ouest de l’Afrique qui absorbe un cinquième du total des flux vers le continent, – en dépit des performances records du Ghana (2,5 milliards dollars) et du Niger (947 millions de dollars). On observe aussi une chute de 24%, à 15 milliards de dollars des entrées d’IED en Afrique australe. Le porte-étendard traditionnel de la zone, l’Afrique du Sud a vu ses entrées piquer du nez de plus de 70%.

Seules l’Afrique centrale et l’Afrique de l’Est s’en sont tirées, en 2010, avec des résultats encourageants pour le continent. Elles ont capté respectivement 8 milliards de dollars et 3,7 milliards.

L’enjeu pour l’Afrique dans sa globalité, est d’établir un équilibre entre la construction d’une capacité productive domestique et d’éviter de céder à la tentation, – très tendance depuis la dernière crise économique et financière –, de protectionnisme commercial et au plan des investissements. Gage d’un bien meilleur score à la course mondiale d’attrait aux IED. Foi de la CNUCED !

Louis S. Amédé, Abidjan

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :