Malawi : décès du Président Bingu wa Mutharika (Les Afriques n°197 du 12/04/2012)

La crise cardiaque dont a été victime le président du Malawi et président sortant de l’Union Africaine, jeudi 5 avril, l’a finalement emporté, vendredi matin. L’annonce de son décès a été faite après que son corps ait été transporté dans un hôpital de Johannesburg en Afrique du Sud.

Les remous sociopolitiques au Malawi ces derniers mois, la contestation et les mouvements de grèves générales intervenus suite aux pénuries chroniques de carburant et de devises étrangères, ont-ils eu raison du chef de l’Etat ? On peut en effet le croire, vu qu’au mois de mars dernier, une coalition de partis politiques et d’associations de la société civile avait vivement réclamé sa démission. L’infarctus qui l’a terrassé aurait causé sa mort pendant son transport à l’hôpital central de Lilongwe, soutiennent plusieurs sources concordantes. Le déplacement de son corps en Afrique du Sud aurait alors été vain. Cependant, aucune annonce n’a été faite par les autorités au moment où nous mettons en lignes ces informations.

Cet économiste, leader du Parti démocratique, qui a fait un début de carrière dans les institutions internationales, a été porté à la tête de son pays en 2004. L’année suivante le pays connu une famine historique, qu’il arrivera à éradiquer. Réélu en 2009 après le décès de sa première femme emportée par un cancer en 2007, il se remarie en secondes noces avec Callista Chapola Chimombo (50 ans), ex-ministre du tourisme. Au cours de ce second mandat, on lui prêtera des dérives autoritaires. Les émeutes de juillet 2011 feront 19 morts abattus par les forces de l’ordre.

Si de son vivant, Bingu Wa Mutharika se félicitait d’avoir vaincu la faim au Malawi, avec notamment le développement de la culture du maïs, il ne tarda pas à voir se manifester une vive opposition à son mode de gouvernance. Joyce Banda, Vice-présidente, qui doit lui succéder pour assurer l’intérim jusqu’aux élections en 2014, selon la Constitution, figure parmi ses plus vifs opposants. Exclue du parti au pouvoir, elle a d’ailleurs fondé son parti politique, le Front Uni Démocratique. Si au niveau du parti du président défunt, son frère par ailleurs ministre des affaires étrangères, Peter Mutharika, a été désigné pour porter les couleurs du PDP à la présidentielle de 2014, rien n’est sûr pour la transition ou la période intérimaire.

Aujourd’hui, le président défunt laisse le Malawi orphelin.

Daouda MBaye

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :