Au chevet du Nord-Kivu (Jeune Afrique n°2689 du 22/07/2012)

Pour trouver une issue à la crise qui secoue l’est de la RD Congo, les chefs d’État rwandais et congolais se sont parlés en tête à tête.

Une fois n’est pas coutume, Joseph Kabila a assisté à un sommet des chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine (UA), le 15 juillet. Présent à l’ouverture, il n’est resté que trente minutes avant de s’éclipser pour aller rencontrer le « Monsieur Afrique » de la Maison Blanche, Johnnie Carson. « Nous sommes préoccupés par les événements en cours à l’est de votre pays, a expliqué d’emblée l’Américain. Des rapports crédibles indiquent que le M23 reçoit de l’assistance venue de l’autre côté de la frontière [c’est-à-dire du Rwanda, NDLR] ». À l’issue de l’entretien, Carson a appelé les pays de la région à ne plus fournir d’aide aux rebelles du M23 et invité les présidents rwandais et congolais à se rencontrer. Quatre heures plus tard, Paul Kagamé et Joseph Kabila s’isolaient pour un tête-à-tête d’une vingtaine de minutes avant d’inviter leurs ministres des Affaires étrangères à se joindre à eux. « La volonté de paix est manifeste, confie Ramtane Lamamta, le commissaire de I’UA à la paix et à la sécurité. Ils ont intérêt à renoncer à la violence. »

Les deux chefs d’État ont ensuite participé à une réunion de la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL) pendant laquelle l’envoi d’une force régionale neutre de maintien de la Paix a été décidé. Selon Paul Kagamé, il reste à en définir les contours, notamment « la taille, le mandat, les nationalités ». Car, déjà, les avis divergent. Les Congolais soupçonnent Kigali et Kampala de vouloir imposer la présence de militaires rwandais et ougandais. L’UA, pour sa part, est disposée à envoyer des troupes. « La Monusco [Mission des Nations Unies pour la Stabilisation de la RD Congo] va commencer le travail le temps de procéder au déploiement de cette force dans les prochaines semaines, précise Lamamra. Sa mise en œuvre requiert toutefois une réelle volonté politique. » La Maison Blanche s’est dite prête à aide mais devra définir une ligne claire entre les positions de Susan Rice, représentante des États-Unis à I’ONU, plus attentive aux explications rwandaises, et Hillary Clinton, la secrétaire d’État de Barack Obama, plus proche de Kinshasa.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :