Les deux défis à relever (Géo n°403 – septembre 2012)

Depuis dix ans, l’Afrique montre un nouveau visage, plus rassurant. Sa croissance économique permet désormais d’envisager la sortie de la pauvreté de pans entiers de sa population. Les défis restent encore gigantesques. Les besoins additionnels en infrastructures, premier frein au développement au sud du Sahara, se chiffrent à plus de trente milliards d’euros annuels. Le Sahel nous rappelle que l’alimentation de millions de personnes n’est toujours pas assurée. Il faut combler ce retard, alors qu’à horizon 2050, la population totale aura doublé, pour atteindre près de deux milliards, le nombre d’urbains aura triplé, et le réchauffement climatique se traduira par un recul des précipitations et un accès encore plus difficile à l’eau.

Le développement durable est la condition de la pérennité de notre existence à tous dans un monde fini. L’Afrique ne pourra pas en faire l’économie. Le continent possède de nombreux atouts, à commencer par son potentiel en énergies renouvelables : géothermie, solaire, éolien. L’amélioration de l’accès à l’énergie est cruciale pour sortir le continent de sa dépendance alimentaire. C’est à cette condition qu’il pourra faire sa révolution agro-industrielle. Le développement d’une agriculture contractuelle, plus productive grâce à des filières mieux structurées, est indispensable à la sécurité alimentaire des campagnes et villes africaines. La modernisation, la mécanisation et le développement de l’agriculture constituent la seule véritable solution pour mettre le continent à l’abri des risques liés à l’incertitude des marchés mondiaux, et lutter efficacement contre la malnutrition. La disponibilité en terres arables et le recours accru à l’irrigation constituent des réservoirs de production additionnelle considérables.

Il faudra des emplois pour offrir un avenir à la nombreuse jeunesse africaine, car l’exode rural résulte plus de l’attrait des lumières de la ville que d’un développement industriel en quête de main-d’œuvre, comme ce fut le cas en Europe ou comme cela se passe dans certains pays émergents. L’agriculture est le premier employeur au sud du Sahara. L’industrialisation constitue un formidable gisement. Enfin, investir dans l’éducation et la santé accélérera la transition démographique, sans quoi la croissance courra sans cesse après la population, après le risque malthusien.

L’Afrique ne peut faire d’impasse environnementale. Les investissements doivent tenir compte de l’impact du réchauffement climatique et de la disponibilité en ressources naturelles. Pour ne prendre qu’un exemple, vingt ans d’expérience de l’Agence Française de Développement dans le bassin du Congo démontrent que le développement des filières du bois est compatible avec la préservation de la forêt, grâce à la mise en place de plans d’aménagement, d’éco-certifications et d’accords de lutte contre les activités illégales.

L’Afrique ne peut faire d’impasse sociale. Son développement ne peut se réaliser au détriment de ses populations, même les plus vulnérables. Celles-ci sont porteuses de savoirs inestimables. C’est en s’appuyant sur ces connaissances que le continent relèvera ces défis. En Guinée, les techniques traditionnelles de culture du riz de mangrove apportent des solutions efficaces pour contribuer à l’autosuffisance du pays. Au-delà, il faut renforcer le poids des sociétés civiles dans la construction des politiques publiques, mieux écouter ce qu’elles ont à dire.

L’Afrique doit concilier croissance économique, révolution démocratique et transition verte. Elle possède les moyens d’y arriver.

Dov Zerah, Directeur Général de l’Agence Française du Développement (AFD).

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :