Hassan Ali Joho, Gouverneur de la ville de Mombasa au Kenya : «L’ensemble de nos échanges annuels ont atteint les 900 millions de dollars …» (Les Afriques n°261 du 07/11/2013)

Hassan Ali Joho parle des ambitions du port de Mombasa pour devenir un hub portuaire en Afrique de l’Est et accompagner le développement d’un pays et d’une région.

Les Afriques (LA) : Mombasa est une ville portuaire qui attire de plus en plus d’entrepreneurs qui viennent investir dans des activités autour du port de la ville, pouvez-vous nous dessiner un profil de ceux qui atterrissent à Mombasa?

Hassan Ali Joho (HAJ) : Le port de Mombasa ne date pas d’hier, c’est un port qui est très ancien et il a toujours attiré les commerçants de la région. Il s’avère cependant qu’avec le dernier renouvellement du port, il attire plus d’attention. Mombasa est le plus grand port de toute l’Afrique de l’Est, récemment on a procédé à une large coopération avec plusieurs ports de la région, notamment, avec la réduction de différentes taxes. La découverte de pétrole dans le territoire de Mombasa a poussé plusieurs multinationales à venir investir et participer au développement de la ville.

LA : Justement, quels sont les pays avec qui vous avez signé des Accords de libre-échange?

HAJ : A vrai dire, on n’impose aucune restriction aux pays qui veulent tisser une relation commerciale de Libre-échange avec le Kenya à travers le port de Mombasa. Notre port est ouvert à tous les pays de la région.

LA : Pouvez-vous nous donner une idée sur le volume des échanges annuels à Mombasa?

HAJ : On réalise annuellement un échange de 100 millions dollars avec l’Ouganda, l’ensemble de nos échanges annuels ont atteint les 900 millions de dollars. Ainsi, on est en train d’élargir le port pour atteindre en 2015 le double volume qu’on réalise aujourd’hui. On espère qu’on améliorera l’échange et les opportunités d’investissement avec ce projet d’élargissement du port de Mombasa.

LA : Est-ce que vous avez pensé à une coopération avec le port de Tanger-Med, un point de repère pour le commerce international?

HAJ : A vrai dire, on a pas mal de projets de coopérations avec de grands ports du monde, Tanger-Med en fait partie. Je ne vous cache pas qu’on essaye de trouver un moyen de coopération. Je sais qu’au niveau des dirigeants des deux ports il existe une ambition d’échanges, et j’espère qu’ils auront l’occasion d’échanger les idées et de discuter les perspectives. Ainsi, on va relier le meilleur port du nord d’Afrique avec le port le plus important de l’Afrique de l’Est.

LA : Est-ce qu’on peut dire aujourd’hui que la ville de Mombasa possède une stratégie de développement autour du port?

HAJ : Au fait, le port n’est pas géré indépendamment de la ville. Normalement, les infrastructures sont le socle sur lequel se fonde toute activité commerciale. La ville de Mombasa n’échappe pas à cette règle, on a effectivement cherché à développer nos infrastructures avant de penser élargir les activités du port.

Propos recueillis par Sanae Taleb

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :